Sainte Perpetue

SAINTE PERPETUE

Elle n'est pas la Sainte Patronne de l'église du village et pourtant son culte est prédominant surtout au XIXe siècle et  marque encore la piété ventetolaise.
La modeste chapelle que vous découvrirez cachée dans un vallon sur la route de Vinsobres, est mal datée. Faite de matériaux locaux, elle a été en travaux très souvent au cours des siècles. Il n'y pas ou peu de traces archéologiques, malgré une occupation gallo-romaine importante dans le secteur des Estangs. Ses origines restent donc mythiques ; les archives ne mentionnent que la présence d'un ermitage et un culte bien installé au XVIIe siècle.

Cette Sainte, d'origine carthaginoise, a été persécutée le 7 mars 203 ; associée  à sa servante Félicité, elle a été vénérée très tôt par l'Eglise naissante et son culte s'est diffudé dans le bassin méditerranéen. Elle est considérée comme la patronne des jeunes mères et le récit de ses apparitions, qu'elle relata, a alimenté le répertoire des symboles du christianisme naissant.

Son culte à Venterol se manifestait à travers des messes, 3 fois par an. Mais c'est le pèlerinage du 7 mars qui marqua le plus la piété venterolaise. Cette journée, chômée, commençait par une procession qui  partait du village en empruntant le chemin du Tomple. La messe, où étaient invités tous les curés du secteur, se terminait par un apéritif avec vin blanc et brassadeaux. C'était une journée de grande convivialité qui marquait l'entrée dans la belle saison.
Aujourd'hui, il ne subsiste que la messe reportée au dimanche le plus proche du 7 mars.

En 1965, Cristobal Orti, peintre  d'origine catalane, installé à Venterol, redonna âme à la chapelle, en réalisant sur ses murs un cycle de peintures illustrant des épisodes de l'Ancien et du Nouveau Testament, de la création du monde à la fin des temps. L'artiste a résolu les problèmes de support en utilisant une peinture à la cire d'abeille.